Page précédente

Notre première rencontre au Hang'Art

En état d'urgence - Jean Noël CUENOD - Editions La Nouvelle Pléiade -

Notre première rencontre  au HANG’ART.


Et pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître ! 
aurait pu dire Corneille... mais il n’était pas là. Il avait laissé place aux poètes venus en nombre, soucieux de ne pas rater cette première. Une réussite déjà par le nombre de poètes et amis de la poésie qui ont répondu à notre invitation ! mais aussi par l’ambiance toute de fraternelle amitié qui a marqué cette rencontre. On est venu de loin, de Montpellier, de Belgique et de Suisse, pour une matinée de poésie non stop pendant quatre bonnes heures ! Visiblement, la joie de se retrouver était grande comme nous le souhaitions.

 
L’invité était donc Jean-Noël Cuenod. 
Journaliste à La Tribune de Genève , responsable de l’actualité en France, voilà un poète qui, par sa profession, ne peut pas rester insensible aux évènements qu’il est amené à commenter pour son journal. Le poète est là pour prendre le relais
 C’est ainsi que son dernier recueil « Etat d’urgence », paru aux éditions Nouvelle pléiade, se résume en un cri de révolte, de souffrance et d’appel à l’amour.

« En état d’urgence », écrit après l’attentat du Bataclan, marque le chemin du poète d’une pierre noire, un chemin déjà et depuis longtemps jalonné de pierre semblables. Le poète ne cessera jamais de croire en l’Homme mais au prix de combien de désillusions ! Une vague d’amour passera toujours et repassera sur nos désespérances, et s’il n’en reste rien « qu’un peu de sel à nos âmes », remercions-en le poète : il nous a montré la voie de l’honneur.

 


Claire Dutrey
interpréta quelques extraits du recueil avec tout le talent qu’on lui connaît pour le plus grand plaisir de l’assistance. Ses récitals sont toujours de ces instants d’émotion indéfinissable que les textes les plus beaux ne peuvent seuls expliquer. Ecouter Claire Dutrey, c’est vivre en poésie le temps d’une parenthèse.


Suivit une scène ouverte, largement ouverte car le temps ne nous était pas compté. Trois heures à s’écouter, à demander au poète de parler de lui afin de mieux se connaître les uns les autres, le tout sans étalage d’un ego démesuré, chacun apportant sa pierre à la construction de l’édifice. Mille excuses pour les photos manquantes!


Un édifice que nous voulons tout de partage, de tolérance, de fraternel amour.

 

 


















Informations Légales | ABC DEv. 1.6.8
Réalisé par  ABC IDEA
Contacter PSF - L'Etrave : Poètes sans FrontièresLocaliser PSF - L'Etrave : Poètes sans Frontières