Page précédente

Nos rencontres mensuelles au Hang'Art

Notre vendredi poétique

Notre vendredi poétique du 21 février 2020 au  HANG'ART


Vital Heurtebize recevait Philippe Gontard pour son recueil : 

« Aux bardes, mon quartier! »

Recueil dédié à Slobodan Kojovic,« Ce grand homme que je n’oublierai jamais et qui m’a tant appris »,
après toutes ces années passées en poésies et en chansons, notamment au sein de l'Association "Rouge Gorge" aux côtés de Jeanne Ubrig-Kojovic et de Slobodan Kojovic.

« Engager l'action belle, forte et toujours nouvelle, /Comme si notre temps n'était pas mesuré, /Comme si notre vie était toute éternelle/Mais avec de l'ardeur, sans jamais saturer, /Comme si notre mort était pour demain, elle ! » Slobodan Kojovic.


* Photo Pierre Nadler 2020
Une première !!!

Beaucoup d’émotion lors de ce récital parfaitement construit dans une alternance de la voix (Claire Dutrey) et du chant (Philippe Gontard.) Nous avons même rencontré des poètes - HEUREUX ! eh oui, - HEUREUX !

Il faut dire que Philippe Gontard, trouvère, barde, aux multiples talents – poète, musicien, compositeur, interprète, accompagné de sa guitare, nous a subjugués en nous ouvrant toutes les « poches » de son cœur…
« J’ai caché au fond de mon cœur… »
- Un p’tit côté « rebelle » contre la misère, l’injustice, la bêtise.

- Un p’tit côté « je t’aime » généreux, tendre, chantant l’Amour, L’Amitié, l’Affection.
- Un p’tit côté « c’est beau » émerveillé par la Vie.
- Un p’tit côté « grave » mais avec douceur, avec gentillesse.

Quelle belle voix !
Quelle belle musique !
Quelle belle écriture !

« Pour moi, la poésie c’est l’art d’habiller et de parfumer notre langage pour qu’il prenne corps, afin de faire passer des sentiments et des idées, en exprimant des choses simples de façon très élaborée et des choses complexes le plus simplement du monde. » Philippe Gontard.

Il faut lire et relire tous ces poèmes, car si nous en citons un, nous aurons à les citer- tous…

Ils nous rappellent Léo Ferré, Georges Brassens… de vrais chanteurs - poètes !

Oui, nous avons de la chance, nous sommes heureux d’avoir rencontré Philippe Gontard ! 

Hommage à  Slobodan KOJOVIC
 *cliquez sur le nom
   Philippe Gontard       Vital Heurtebize       Philippe Gontard        Jeanne Ubrig-Kojovic                  Joël Auzou                Claire Dutrey



Notre vendredi poétique du 24 janvier 2020 au HANG'ART

Rencontre chaleureuse, fraternelle, magique !
Nos amis poètes ont su braver les problèmes de circulation et de grève pour répondre - "présent" à notre rendez-vous poétique mensuel et ainsi ont pu répondre à cette difficile question posée par notre président Vital Heurtebize :
"Qu'est-ce que la poésie, pour vous ?"
et ce fut magique, véritable "chaîne d'union de nos âmes" ! Notre muse était présente au milieu de nous tous !
Voici quelques-uns de nos poètes, leurs réflexions, leurs poèmes...

MORINAIS Alain :

La poésie
c'est une manière de regarder
d'observer
une manière d'écouter
de ressentir
La poésie / c'est s'ouvrir au monde/ c'est une manière de s'approprier le réel par le langage/ Les mots sans lesquels rien n'existe....

"La poésie?"

                                                                           ** * cliquez sur le titre de chaque poème pour le découvrir...
- MAREE Appoline  :

« Pour moi comme pour Rilke, la poésie répond à une nécessité intérieure mais avant tout, elle a vocation à changer, à humaniser notre regard sur le monde, les choses, l’environnement et les autres en portant attention aux choses, aux détails, en  se montrant bienveillant et en faisant preuve d’empathie envers  autrui  et en  cultivant  la transmission et la tradition humanistes et l’art du partage. Elle ne consiste pas nécessairement à embellir la réalité et surtout pas à verser dans l’esthétisme car sa finalité est avant tout de promouvoir une certaine idée de la beauté intérieure.  Même si au départ le poème sourd d’un jaillissement, d’une fulgurance, il faut sans cesse se remettre à l’ouvrage (cf. Boileau « l’Art poétique ») et le travail poétique réside dans une longue sédimentation, et s’apparente à une longue gestation.  La perfection technique ou esthétique ne garantit pas la beauté et la valeur d’un poème qui se mesurent plutôt à l’émotion, aux sentiments, à la réflexion qu’il suscite chez le lecteur et à son caractère universel. »                                 

"Instant d’éternité"


- Bernard LAGORIO :

« La poésie est un rayon de soleil quand il pleut dans mon cœur, 
C'est du baume au cœur quand il pleut dans ma mémoire, 
C'est de la tristesse qui se repose 
C'est de la couleur dans un monde gris. »



"Monk Jazz"



- Jean-Michel AUNE :

Difficile de définir en quelques mots ce qu’est la poésie. Le saurait-on, tout le charme aurait disparu. Si l’on se réfère à son origine grecque, poésie signifie création. Ainsi l’on est poète pour autant que l’on permet au geste créateur de se manifester à travers nous. Le poète coopère au dynamisme de la création lequel jamais ne s’achève, inventant sans cesse de nouvelles formes d’expression et de vie. Dans ce sens, l’alchimiste des mots, le musicien, le peintre, le sculpteur, tous sont poètes à titre égal car puisant à une même source universelle.

"Sans lumière d'amour"



- Jean-Noel CUENOD :

« Pour vous, qu’est-ce que la poésie ? » Une planche de salut, avant tout. Ado à la dérive, cancre patenté et pas tenté du tout par l’école, je morfondais. Je fondais même. A mort ? N’exagérons rien ! De ce marais fangeux, un poète m’a extirpé, Charles Mouchet, mon prof de classe, de latin et de français. Belle figure du mouvement Jeune Poésie qui à Genève s’était constitué sous l’aile de l’aigle espagnol, José Herrera Petere, réfugié en Suisse après l’assassinat de la République par Franco et ses sbires. Mouchet m’a fait rencontrer Villon – ce voyou qui crie tellement fort sa détresse qu’elle traverse les siècles comme une flèche de feu jamais éteinte –, Baudelaire, le dandy qui fait résonner les bijoux sonores, Rimbaud, l’icône de l’adolescence éternelle et les surréalistes qui ont inventé la liberté pleine et entière. Alors, le marais s’est transformé en plage, en montagne, en forêt giboyeuse. Je n’étais plus seul. Je ne serai plus jamais seul.  Zog nit keyn mol az du geystdemletstnveg.(1)
(1)« Ne dis jamais que c’est ton dernier chemin », premier vers du chant des partisans yiddish.

"Vers la source du Feu".

 




Notre vendredi poétique du 22 novembre au HANG'ART :           

Grand bonheur que celui d’accueillir Marie-Agnès Salehzada et son dernier recueil ! :

                                         « la mémoire du Pré »  
Notre poète, si discrète, si effacée, taquinée avec talent par Vital Heurtebize, a enchanté son public en répondant au jeu difficile des Questions-Réponses… Entre autres questions « pièges » : Pourquoi La poésie ? Qu’est la poésie pour vous ? Pourquoi écrivez-vous ?
Marie-Agnès ne s’est pas dérobée…

Lumineuse, elle nous a fait partager son amour de la nature, son amour de la vie, mais aussi fait part de ses souffrances, de ses révoltes, de ses souhaits d’un monde meilleur, d’un Homme meilleur !...


 Pourquoi ce titre ?

« Le titre évoque une idée de paradis originel, de nature inviolée, une certaine forme de nostalgie mais pas que, car la mémoire (cela jaillit dans certains poèmes), peut revêtir de douloureux contours.. » Marie-Agnès Salehzada est une amoureuse de la nature, elle se fond en elle…  ; « L'idée première est un hommage à la nature, une forme de gratitude. Le pré est synonyme de fertilité, de la persévérance de la vie, de ses capacités de résilience, un humus porteur d'espoir, terreau de toute vie. L'écriture se situe tel un questionnement face au monde, à son évolution et aux problématiques actuelles. »


Pourquoi cette photo ?


La photo de couverture du recueil est prise dans les Hautes-Alpes , paysage familier traversé lorsque je vais retrouver ma famille qui y réside. Je suis interpellée par de nombreuses espèces animales et par toute la beauté du pays traversé. Telle une âme contemplative, j'arrive à me fondre dans tableau et à intégrer toute cette beauté Il est important de souligner la notion de voyage qui accompagne les poèmes, il s'agit là d'un déplacement dans l'espace, dans le temps et d'un voyage intérieur support de l'émotion et de la création du poème. C'est un paysage de rencontre avec l'autre mais aussi avec les souvenirs.

Bravo Marie-Agnès, ce fût un enchantement ! Grand merci .



    Notre vendredi poétique du 27 Septembre au HANG'ART


Réunion émouvante que ce vendredi poétique au Hang’Art pour faire connaissance avec Marie Gagnon ! Française et Québécoise, Poète, peintre, photographe, médecin nutritionniste (spécialisée dans les problèmes de comportement alimentaire, auteur de trois livres médicaux) … Marie Gagnon a beaucoup voyagé, et tout ce qui l’environne l’interpelle, la touche profondément , sa poésie  en est imprégnée , nous  fait  vibrer  …
 Quel silence merveilleux   à  l’écoute de sa poésie !
 « Je tire mon inspiration de mes rencontres avec l'humain et à travers le quotidien de différentes cultures lors de nombreux voyages. J'ai aussi été fortement influencée par "la culture du rêve" des Amérindiens et leur relation très forte avec la nature. » 
« Je n’écris pas pour faire beau mais pour toucher, créer des émotions ou faire réfléchir.  C’est à mon sens le rôle premier de la poésie, quelle qu’en soit la forme.
C’est pourquoi elle trouve parfaitement sa place associée à différentes représentations artistiques en rendant leur message plus fort et compréhensible ».



 « Comme une égratignure »
Magnifique recueil  qui engendra une discussion très animée comme en témoignent les photos ;
nous étions tous heureux !

Une réflexion  extraordinaire  d’un de nos poètes présents : « en général, sur la quantité de poèmes lus,  il y en a  certains meilleurs que d’autres, mais chez vous, tous sont beaux, émouvants, différents les uns des autres, bien écrits,… comment faîtes-vous ???
 
Bravo Marie ! et  grand merci.








 Giovanni Merloni

le portrait inconscient

 ~ portraits de gens et paysages du monde


Peintre, poète, aux multiples talents, notre ami Giovanni Merloni  nous offre avec son prestigieux blog  de merveilleux commentaires de nos quatre dernières rencontres au Hang'Art. D'une très grande sensibilité, doué d'un esprit de synthèse étonnant, il découvre l'originalité de chacun des auteurs jusque dans leur intimité profonde. 





Notre ami Giovanni MERLONI nous écrit :...
En cliquant sur la photo du poète, vous découvrirez le "portrait inconscient" de chaque auteur et certains de leurs poèmes dits par Claire Dutrey sur le blog de Giovanni Merloni.


26 avril 2019 : Marie VERMUNT 








23 mars 2019 : Alain MORINAIS





22 février 2019 : Francis VLADIMIR





18 Janvier 2019 : Régine NOBECOURT-SEIDEL


          


14 Décembre 2018 : Philippe COURTEL


                 



23 Novembre 2018 : Jean-Yves LENOIR


                  


19 Octobre 2018 : Jean-Baptiste BESNARD


                    


23 septembre 2018 : Jean-Noël CUENOD


          



































 



















 


















Informations Légales | ABC DEv. 1.6.9
Réalisé par  ABC IDEA
Contacter PSF - L'Etrave : Poètes sans FrontièresLocaliser PSF - L'Etrave : Poètes sans Frontières