Page précédente

Lettre à nos amis

Lettre à nos amis -

                                                     
Chaque numéro de L’Étrave s’ouvre sur un éditorial du président Vital Heurtebize :
 

« la Lettre à nos amis »  traite d’un sujet d’actualité et de l’attitude du poète face à cette actualité.
Vous en découvrirez chaque fois la pertinence voire l’impertinence ! et pourrez faire part de vos sentiments en retour.

À L’Étrave, nous sommes très soucieux pour tout ce qui relève de la liberté d’expression.

        " Le poète et le pardon "

Si j’osais, je dirais que le pardon n’existe pas mais je ne veux choquer personne ! sans doute doit-il exister puisque certains le pratiquent... Pourtant, bien avant nous, un homme, nommé, Jésus, innocent, torturé à mort, n’a-t-il pas demandé pour ses assassins, avant de mourir : « Père, pardonne-leur... » Que ne leur a-t-il pardonné lui-même ? Il y a de ça plus de deux mille ans, et j’ai... depuis, pour cet homme, un amour sans limites. Mais je ne connais pas le pardon ! 

Il me semble que le pardon d’une offense ne peut s’accorder que s’il y a repentir de l’offenseur. L’offensé garde rancune envers l’offenseur jusqu’à ce que celui-ci, peut-être pris de remords, vienne demander pardon. Or, le plus souvent, demander pardon ne vient même pas à l’idée du coupable puisqu’il n’est pas conscient de son forfait, et c’est ainsi que des haines ancestrales s’enracinent dans les cœurs : de pardon, il n’est jamais question ! Pouvons-nous penser que les rescapés d’un massacre puissent pardonner aux criminels qui ont persécuté leurs proches quand les bourreaux parfois même s’en glorifient ? ou s’en sortent à bon compte par le déni de leur crime ?
Mais si l’offensé adoptait une autre attitude ? Celle de ne pas en vouloir à ses bourreaux. S’il éprouvait jusqu’à de la miséricorde à l’égard de celui qui lui a porté de mauvais coups... En demandant que leur crime leur soit pardonné, l’homme que je viens d’évoquer n’a-t-il pas ajouté : « Ils ne savent pas ce qu’ils font » ? Il ne les blâme pas mais il est triste pour eux, pour ce qu’ils font, pour ce qu’ils sont...
En chrétiens que nous essayons d’être, ou, si nous sommes non croyants, simplement en restant fidèles à notre idéal humaniste, n’oublions pas que tout être humain, aussi abject soit-il dans ses comportements, porte en lui, à son insu le plus souvent, ce que nous appelons une part infime de Divin, d’autres préfèreront dire de Conscience, reçue à la naissance comme chacun d’entre nous et qu’à ce titre, il mérite notre compassion. On ne peut pas en vouloir à quelqu’un de n’être que ce qu’il est. Nous ne pouvons que le plaindre et l’aider en espérant pour lui qu’il parvienne un jour à faire grandir en lui cette infime parcelle de divin qui ne demande qu’à s’épanouir et à faire de lui un être humain.  Il ne faut pour cela, de la part de l’offensé, qu’un peu de compassion, c’est à dire d’amour, beaucoup d’amour, et là où il y a de l’amour, il n’est plus besoin de pardon.

Accordez-moi, chers amis poètes, le plaisir de penser quelques instants que nous pourrions, nous aussi, les poètes, nous inspirer de sa Parole. Elle est toute simple, aussi simple que difficile à pratiquer mais oh combien bienfaisante à notre âme, source de sérénité, de volupté spirituelle ! Cette Parole est un message : « Aimez-vous les uns les autres ! » qui a traversé bientôt les deux mille cinq cents ans de notre cycle jusqu’à nous. Il est urgent de nous la rappeler. Elle pourrait, bien au-dessus de nos querelles dérisoires, nous élever enfin en fraternité.

Le connaissez-vous ?

Moi, je le connais bien ! lors de nos escapades
par les sentiers fleuris de son séjour divin,
nous nous perdons tous deux en palabres sans fin,
toujours d’un franc-parler, sans fards ni dérobades.

Bien sûr, il sait de moi plus que j’en sais de lui :
Il peut, d’un seul coup d’œil sonder notre nature
et je suis, sur ce plan, loin d’avoir sa pointure !...
Pourtant, bien plus qu’hier, je peux dire aujourd’hui

qu’il souffre d’un défaut !... c’est d’aimer... tout le monde !
Pour chacun, son amour a la même valeur :
le fourbe, le naïf, le riche, le voleur,
le fragile innocent comme la brute immonde...

Ah, pour ça ! son discours part toujours d’un bon fond :
Quand ils l’ont crucifié certain soir sur la terre,
savez-vous ce qu’il trouve à redire à son père ?
« Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font » !

Je vous le dis : l’amour ? ce n’est pas de refus :
Nous avons tant besoin d’amour sur cette terre !
Je sais où le trouver et n’en fais pas mystère :
Je connais bien Jésus !

                                                   Vital Heurtebize
                                                 Président de Poètes Sans Frontières

 



                                                                                 


















                                                                                                           



























                                                                                       

                             

 


                                                                       

 


                                                                                                                                         
                                                                     

                                                                                       
















 



                     





 


                                                                                                                                 
                                                                                                                                             



 

            












         

 





 



Informations Légales | ABC DEv. 1.6.9
Réalisé par  ABC IDEA
Contacter PSF - L'Etrave : Poètes sans FrontièresLocaliser PSF - L'Etrave : Poètes sans Frontières