Page précédente

Lettre à nos amis

Lettre à nos amis -

                                                     
                      Chaque numéro de L’Étrave s’ouvre sur un éditorial du président  Vital Heurtebize :

« la Lettre à nos amis »  traite d’un sujet d’actualité et de l’attitude du poète face à cette actualité.
Vous en découvrirez chaque fois la pertinence voire l’impertinence ! et pourrez faire part de vos sentiments en retour.

À L’Étrave, nous sommes très soucieux pour tout ce qui relève de la liberté d’expression.

                     " Le poète et les temps nouveaux"

C’est la tradition, ne la manquons pas  : souhaitons-nous une bonne année.
Oui, mes amis  : « Bonne année 2023  ! »
Que la paix soit sur vous et sur tous vos proches et que l’amour soit dans les cœurs  !

Utopie, pensez-vous  ? La nouvelle année ne sera-t-elle pas meilleure que la précédente  ? Certes, elle n’en prend pas le chemin. C’est bien toujours les mêmes discours, j’allais dire les mêmes mensonges, qui persifflent à nos oreilles, et notre humanité déshumanisée s’enfonce de plus en plus dans le chaos.
Et la Poésie  ? Hélas  ! Notre Landerneau, n’est pas meilleur que le reste du monde. On aimerait le croire et certains parmi nous aimeraient le faire croire... Non  ! Notre monde poétique n’est rien moins qu’à l’image du reste du monde, il lui ressemble furieusement. N’y avons-nous pas rencontré l’hypocrisie, l’individualisme, la jalousie, la trahison, la diffamation, la calomnie  ? Tout ce qui peut moralement, voire physiquement détruire un homme  ? Et comment avons-nous réagi  ? Nous avons le plus souvent détourné pudiquement le regard, quand, au pire, nous ne sommes pas allés jusqu’à faire les yeux doux aux Basiles de service. Changer le monde, ce n’est certainement pas le poète qui s’en chargera.
L’homme providentiel  ? Certains l’espèrent encore. L’Histoire en regorge auxquels nous avons cru  ! On sait ce qu’ils sont devenus et ce que nous sommes devenus avec eux et quand bien même s’en trouverait-il un, il serait impuissant devant la tâche à entreprendre  : Le chaos est mondial, tous les pays sont depuis longtemps engagés par leurs dirigeants dans une politique d’enrichissement pour les plus riches et d’appauvrissement pour les plus pauvres. Où le voyez-vous cet homme providentiel  ?
Pourtant, nous pouvons être sûrs d’une chose  : notre cycle chrétien se termine comme se sont terminés les cycles précédents, au bout de deux mille cinq cents ans  : dans le chaos  ! Mais la terre ne s’arrêtera pas de tourner pour autant. La question est de savoir ce que sera le cycle prochain et l’on peut déjà dire ce qu’il ne sera pas. Il ne pourra pas repartir à l’identique de celui qui s’achève, sur les mêmes bases, selon les mêmes lois qui nous ont conduits au désastre.
Sera-t-il donc son contraire  : un cycle d’amour  ? Nous le croyons  !
Notre cycle avait pourtant bien commencé. Un homme était venu nous dire la Parole  : « Aimez-vous les uns les autres. » Mais les marchands du temple s’en sont emparés pour asseoir leur commerce et nous la faire oublier. En échange de belles promesses, ils nous ont prodigué plus de deux-mille ans de misère. Nous en vivrons les derniers jours par une guerre mondiale déjà bien engagée. Ils veulent tous en découdre...
Chers amis, allons-nous encore une fois nous laisser entraîner dans les ultimes soubresauts d’un monde à l’agonie quand ce monde est à rebâtir ? Faisons que le cycle nouveau soit un cycle d’amour, de pardon, de partage, ce sont les vœux que je vous adresse :

Aimons-nous les uns les autres  !


Armaguédon (2044)

Les peuples rassemblés pour l’ultime bataille,
sont là... Combien, déjà, se sont entretués  !
Pourtant, à t’affronter ils s’étaient crus de taille
mais ils sont là, sans oser dire qui tu es  !

Ils savent qu’à ton nom la foudre peut s’abattre,
et la terre trembler, et mourir le soleil,
que parvenus en l’an deux mille-quarante-quatre,
après nos derniers jours, rien ne sera pareil.

C’est la victoire, enfin  ! De l’Ange sur la Bête.
Voici  : le Roi du Sud comme le Roi du Nord
ont à jamais perdu tout espoir de conquête  :
et ne gouvernent plus qu’un Monde déjà mort...

Toi, sublime, tu viens, descendu des nuées,
pour ramener à toi le peuple des croyants  :
Tu reconnais leur voix au milieu des huées,
Sans distinguer la croix, l’étoile ou le croissant.

Tu les rassembles tous  ! Quand le Monde agonise,
et que rien ne peut plus le sauver du néant,
laissant s’anéantir ce peuple mécréant,
Tu viens parmi les morts « enlever ton église ».

                                                             VH.

 


 

 


 

                                                                                                                                   

     












































                                                                                                           



























                                                                                       

                             

 


                                                                       

 


                                                                                                                                         
                                                                     

                                                                                       
















 



                     





 


                                                                                                                                 
                                                                                                                                             



 

            












         

 





 



Informations Légales | ABC DEv. 1.6.9
Réalisé par  ABC IDEA
Contacter PSF - L'Etrave : Poètes sans FrontièresLocaliser PSF - L'Etrave : Poètes sans Frontières