Page précédente

Lettre à nos amis

Lettre à nos amis - " Le poète et le renouveau "

                                                     
Chaque numéro de L’Étrave s’ouvre sur un éditorial du président Vital Heurtebize :
 

« la Lettre à nos amis »  traite d’un sujet d’actualité et de l’attitude du poète face à cette actualité.
Vous en découvrirez chaque fois la pertinence voire l’impertinence ! et pourrez faire part de vos sentiments en retour.

À L’Étrave, nous sommes très soucieux pour tout ce qui relève de la liberté d’expression.

        " Le poète et le renouveau "

Vous y croyez, vous, au renouveau ? non ? vous avez tort : il faut y croire !
Mettons-nous tous à y croire ! tous ensemble ! et imaginons quel pourrait être l’avenir le meilleur possible, voyons cet avenir en poètes, rêvons-le. Le rêve des poètes a toujours trouvé sa réalisation concrète, souvent dévoyée, certes, par les marchands du temple qui s’en sont fait un fonds de commerce, mais toujours à l’ordre du jour : le monde ne s’en sortira pas autrement.

Il faut croire au renouveau, y croire de toutes nos forces sans désespérer un instant. Le désespoir est notre pire ennemi : il rend l’homme désemparé face à un futur dans lequel il n’arrive plus à se projeter. Nous avançons actuellement dans la nuit noire, dans les ténèbres, mais en mobilisant toutes nos énergies positives, comme nous savons le faire, nous les poètes, nous pouvons apercevoir au loin une lumière, notre cœur bat plus vite, nos pas s’accélèrent.
S’ouvrent alors à nous deux voies tracées :
- Pour le poète chrétien, la voie est celle de sa foi dans la Parole de Jésus Christ qui nous a dit : « je reviendrai ». Comme se sont achevés les cycles précédents, tous au bout de 2500 ans, notre cycle chrétien touche à sa fin, dans le chaos, la peste, la famine et la guerre. Le monde ne va pas s’écrouler pour autant. Nous savons qu’il y aura un « après » mais ce ne sera pas pour repartir sur les mêmes bases et selon les mêmes lois qui nous ont conduits au désastre. Le cycle prochain, s’il doit y en avoir un, sera un cycle d’amour.
- Pour le poète non croyant, la voie est celle de sa foi dans l’Homme qui apparaîtrait comme l’homme providentiel. Il lui faut, à lui aussi, réunir toutes ses énergies pour ne pas désespérer car jusqu’à présent, il n’a guère eu l’occasion de voir l’humanité se redresser. Les apprentis sorciers qui la dirigent, nous conduisent à marche forcée vers la pire des conditions humaines : celle du citoyen numérique. Tout est déjà programmé et attend dans les cartons de ces messieurs. Nous allons connaître les temps heureux de l’homme déshumanisé, esclave consentant d’une dictature mondiale.
Entre ces deux voies, nous avons encore le choix : demeurer l’individu issu du hasard ou s’éveiller en l’être de la Création. Les scientifiques qui, dans leur grande majorité, avant la découverte du big bang, ne croyait pas en la Création, ont dû revoir leurs équations, Einstein le premier, et admettre les preuves qu’ils avaient eux-mêmes découvertes de l’existence d’un être supérieur créateur de l’univers. Dans les pays de dictature, ils ont payé très cher cette conversion, souvent de leur vie, car dans ces pays, seules les conceptions matérialistes de l’Univers avaient droit de cité. Avant d’être réduit à l’état d’homo numéricus, l’homo sapiens que nous sommes encore (si peu me direz-vous) devra prendre conscience de la réalité divine et choisir de se tourner vers la lumière ou de se confiner dans l’ombre obscure de lui-même.
Je suis convaincu que nous avons, nous, amis poètes, mission de guider nos frères humains dans ce choix si simple et pourtant, semble-t-il, si difficile. Combien nombreux, en effet, sont encore ceux qui nous répondent en nous récitant les mensonges dont on les abreuve, les promesses dont on les berne, les discours de camelot qu’ils avalent comme élixirs de jouvence de l’Abbé Soury. En perte de repères, ils se laissent emporter en toute inconscience, vers le néant.
Soyons de ceux qui leur auront au moins montré la voie de l’espérance et de la Vie. Ils auront eu le choix.

                                                                                                                                                 Vital Heurtebize.

      Entre la Vie ou le Néant

Mon frère, tu vivras bientôt de tels désastres
que peu nombreux se compteront les survivants !...
Ne va pas en chercher la date dans les astres
ni dans les fonds obscurs de tes calculs savants.

Mais ce jour vient : celui de la grande vendange !
Nul ne verra venir le feu tombé du ciel !
N'espère de salut ni du Nil ni du Gange :
ces fleuves rouleront une onde au goût de fiel !

La mer engloutira la Montagne sacrée
où se seront massés les peuples réunis :
pas la moindre tribu qui ne soit massacrée
pour ses crimes de sang demeurés impunis...

Mon frère, sauve-toi ! n'attends pas le séisme
ni de voir se lever le tsunami géant.
Cesse de proférer ton superbe athéisme,
il est temps de choisir : la Vie ou... le Néant !
   
                                                     V.H.

 












































                                                                                                           



























                                                                                       

                             

 


                                                                       

 


                                                                                                                                         
                                                                     

                                                                                       
















 



                     





 


                                                                                                                                 
                                                                                                                                             



 

            












         

 





 



Informations Légales | ABC DEv. 1.6.9
Réalisé par  ABC IDEA
Contacter PSF - L'Etrave : Poètes sans FrontièresLocaliser PSF - L'Etrave : Poètes sans Frontières