Page précédente

Lettre à nos amis

Lettre à nos amis - "Poètes, réveillons-nous!"

                                                     
Chaque numéro de L’Étrave s’ouvre sur un éditorial du président Vital Heurtebize 

« la Lettre à nos amis »  traite d’un sujet d’actualité et de l’attitude du poète face à cette actualité.
Vous en découvrirez chaque fois la pertinence voire l’impertinence ! et pourrez faire part de vos sentiments en retour.

À L’Étrave, nous sommes très soucieux pour tout ce qui relève de la liberté d’expression.

        "
  Poètes, réveillons-nous !
 "

Poètes, mes amis, nous en faisons tous les jours la triste constatation : notre monde s’écroule, l’humanité s’enfonce de plus en plus profondément dans le chaos et les ténèbres. Et c’est normal : nous sommes parvenus à la fin de notre cycle historiquement nommé « la période chrétienne ». Avant nous, « la période des hébreux » s’est terminée de la même façon : dans la confusion, les violences, les invasions... Les débuts de notre déclin ne datent pas d’hier : la Première Guerre mondiale a marqué toute l’histoire de l’humanité et pour ce qui est de la France, on peut remonter encore plus loin.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Au plan politique comme au plan social, au plan culturel comme au plan religieux, c’est la faillite. Le changement climatique ? pauvres humains qui prétendent le réguler ! La misère ? pauvres menteurs qui nous promettent, siècle après siècle, de l’éradiquer et qui font tout pour l’aggraver ! La paix ? pauvres « puissants de ce monde » qu’étouffe l’hypertrophie de leur ego ou qui se consument au feu de leur fanatisme !

Oui, notre cycle touche à sa fin ! Les hommes sont en perte de tous nos repères, ils n’avancent que sur ces trois béquilles : le pouvoir, l’argent et le sexe. Il ne leur reste qu’un vague souvenir de nos valeurs humanistes : le partage, la solidarité, l’acceptation de l’autre... en un mot, l’amour. En manque d’amour, l’homme sombre inexorablement dans la violence et la mort. Qu’adviendra -t-il ensuite ? La pandémie n’a fait qu’aggraver cette descente : nous avions atteint le point de non-retour depuis longtemps. Nous sommes dans l’œil du cyclone, nous nous précipitons vers des charlatans qui continuent à nous promettre des lendemains heureux, mais nous enfoncent en attendant dans la misère la plus noire. Y aura-t-il un nouveau cycle ? On peut l’espérer... mais s’il doit y en avoir un, il est évident que nous ne pourrons pas repartir « comme avant », selon les mêmes lois pour recommencer un même cycle d’égoïsme, d’injustices, de violence et de mort. Nous connaîtrons un cycle d’amour ou rien. Nous devrons choisir entre la Parole du Christ : « Aimez-vous les uns les autres » ou le néant.

Et il est temps pour nous, poètes, d’assumer notre double fonction sociale et spirituelle, de nous éloigner de nos dérisoires pensées nombrilistes, d’oublier un peu notre ego, aussi génial soit-il, de mettre fin à nos querelles personnelles, pour retrouver la Parole perdue et la proclamer par ce monde plongé dans l’angoisse et le désespoir. Annonçons-lui les temps nouveaux afin qu’il s’y prépare, pour qu’il soit prêt le jour où la lumière de l’Amour s’étendra sur la terre et réunira tous les hommes de bonne volonté en un seul peuple enfin réconcilié.

                                                                                                   Vital Heurtebize,
                                                                                                  président de Poètes Sans Frontières


La vie ou le néant !

Mon frère, tu vivras bientôt de tels désastres
que peu nombreux se compteront les survivants !...
Ne va pas en chercher la date dans les astres
ni dans les fonds obscurs de tes calculs savants,

mais ce jour vient : celui de la grande vendange !
Nul ne verra venir le feu tombé du ciel !
N’espère de salut ni du Nil ni du Gange :
ces fleuves rouleront une onde au goût de fiel !

La mer engloutira la Montagne sacrée
où se seront massés les peuples réunis :
Pas la moindre tribu qui ne soit massacrée
pour ses crimes de sang demeurés impunis...

Mon frère, sauve-toi ! n’attends pas le séisme
ni de voir se lever le tsunami géant.
Cesse de proférer ton superbe athéisme,
Il est temps de choisir : l’amour ou... le néant !

                Vital Heurtebize



                                                                                                           



























                                                                                       

                             

 


                                                                       

 


                                                                                                                                         
                                                                     

                                                                                       
















 



                     





 


                                                                                                                                 
                                                                                                                                             



 

            












         

 





 



Informations Légales | ABC DEv. 1.6.9
Réalisé par  ABC IDEA
Contacter PSF - L'Etrave : Poètes sans FrontièresLocaliser PSF - L'Etrave : Poètes sans Frontières