Page précédente

Lettre à nos amis

                                                     
Chaque numéro de L’Étrave s’ouvre sur un éditorial du président Vital Heurtebize 

« la Lettre à nos amis »  traite d’un sujet d’actualité et de l’attitude du poète face à cette actualité.
Vous en découvrirez chaque fois la pertinence voire l’impertinence ! et pourrez faire part de vos sentiments en retour.

À L’Étrave, nous sommes très soucieux pour tout ce qui relève de la liberté d’expression.

Le Poète et le rêve.
 

Vous l’avez certainement aussi souvent que moi entendu dire par les gens sérieux à propos des poètes : « Ce sont de doux rêveurs... » Tout est dans les points de suspensions ! N’y voyez aucune sorte d’admiration, vous seriez vite déçus. Ne ressentez à votre égard, ni considération, ni une once de respect, mais plutôt, au minimum, un brin de tristesse apitoyée, et au pire, carrément du mépris pour cet individu inutile, incapable et parasite qu’est à leurs yeux, le poète ! Bref, c’est bien connu, les gens sérieux vous le diront, la poésie, ça ne sert à rien...

Ah ! les gens sérieux ! que deviendrait le monde sans eux ! Certainement mieux que ce qu’il est devenu ! Mieux que cette jungle où la course au profit l’a depuis longtemps emporté sur le besoin de partage, où l’intolérance raciste tient lieu de relation à autrui, où l’adoration du veau d’or a tué le simple et pur amour entre les hommes. Mais n’en dites rien, surtout si vous appartenez à cette espèce de bons à rien que sont les poètes.
Et pourtant, que dit le poète dans ses rêves ? Le plus grand d’entre nous, Victor Hugo, l’a montré : N’a-t-il pas rêvé de la fin de l’esclavage sous les lazzis des gens sérieux, n’a-t-il pas rêvé de l’abolition de la peine de mort sous les huées et les insultes de tous bords, n’a-t-il pas rêvé d’une Europe des peuples, doux rêve dont les gens sérieux se sont emparés pour nous vendre une Europe de marchands... Mais une Europe selon Hugo ? une Europe des peuples ? je vous le demande : comme si les peuples avaient leur mot à dire ! vous rêvez, mon cher !
Dans ses rêves, on le voit bien, le poète chante à contre-courant, à l’encontre de la pensée correcte quand il est tellement plus facile de se laisser porter, ou plutôt emporter par le courant de la bien-pensance collective. Mais le poète qui pense comme tout le monde est un poète qui ne pense pas. Est-il seulement poète ? Le poète est un empêcheur de penser en rond : dans les pays sous dictature, on le fait taire, dans les pays en démocratie, on lui dit : « cause toujours ! ». Sauf parfois, il arrive qu’on le jette en prison où on le laisse crever. Tous les moyens sont bons pour réduire le doux rêveur au silence.
Non ! nul n’empêchera le poète de rêver ni de faire entendre sa voix. Mais il doit ne pas s’enfermer dans son rêve, sous peine de voir bientôt son œuvre tourner en une suites de rêveries monotones et insupportables. Il doit dépasser son rêve et le vivre en action. Alors, son chant d’amour universel finira par réveiller chez les hommes en mal d’amour les aspirations les plus nobles qui les entraineront vers les sommets les plus hauts.
Ainsi, le poète n’a de cesse de s’élever dans la voie qui lui est tracée et de polir chaque jour sa pierre. Il va par le monde en ouvrant des yeux d’amour sur la beauté des choses, sur leur laideur aussi qui atteint aujourd’hui des sommets ! Car il regarde ce monde en témoin pour le dénoncer tel qu’il est, et en rêveur pour le célébrer tel qu’il devrait être. Œuvre sans fin dont il est l’humble « œuvrier ». Il nous dit son évangile avec d’autant plus de foi qu’il sait que son œuvre ne sera jamais achevée. Il ne renonce pas !

Il ne peut renoncer qu’à une chose : ... au renoncement.

                                                                                                                                                           Vital Heurtebize

Le poète

Le poète, est cet homme libre,
libre et par conséquent suspect :
Le politiquement correct
ne trouble pas vraiment sa fibre.

Toujours atteint en son affect,
troubadour, trouvère ou félibre,
à tout propos, son âme vibre,
son œuvre impose le respect.

Et pourtant, cet homme dérange
d’un verbe qui jamais ne ment
la bien pensance du moment !

Si le Pouvoir sur lui se venge
et le contraint au reniement,
il donne sa vie en échange.

Vital Heurtebize



********













                                                                                       

                             

 


                                                                       

 


                                                                                                                                         
                                                                     

                                                                                       
















 



                     





 


                                                                                                                                 
                                                                                                                                             



 

            












         

 





 



Informations Légales | ABC DEv. 1.6.9
Réalisé par  ABC IDEA
Contacter PSF - L'Etrave : Poètes sans FrontièresLocaliser PSF - L'Etrave : Poètes sans Frontières